HOTEL LES TOURNELLES - AGNES LOUBOUTIN
15881
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-15881,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive
 

Hôtel Les Tournelles***

Histoire de l’Hôtel Les Tournelles

L’actuelle Place des Vosges occupe l’emplacement de l’ancien Hôtel des Tournelles, résidence royale aux portes de Paris.

L’hôtel des Tournelles et son domaine s’étendait sur un énorme quadrilatère compris entre la rue Saint Antoine au sud, la rue Saint Gilles au nord, la rue de Turenne à l’ouest et la rue des Tournelles à l’est. : le 30, rue des Tournelles se trouve donc sur cette ancienne résidence royale.

Au départ simple maison, l’hôtel devint la propriété du roi Charles le Fol qui en fit sa résidence à partir de 1417. L’hôtel prit alors le nom de Maison Royale des Tournelles.

En 1422, le royaume de France passe à Henri V d’Angleterre, neveu mineur du duc de Bedford ; ce dernier devient alors régent du royaume de France jusqu’à la majorité d’Henri et s’installe à l’hôtel des Tournelles qu’il embellira de façon remarquable :

“En 1431, le duc de Bedford fit labourer le grand jardin de l’hôtel des Tournelles.  L’année suivante, il planta une infinité de rosiers blancs, de romarins, de figuiers, de poiriers et de pommiers ; trente et un houx, trente-six cormiers, trente huit merisiers, soixante et quinze cerisiers et néfliers; outre cela, il y planta cinq mille neuf cent treize ormes, qu’on amena par eau au Port de l’Ecole avec la racine : pour ce nouveau plan il fallut arracher les haies d’un labyrinthe, appelé alors la Maison de Dédalus. En 1433, il fit vendanger deux carreaux de vigne, dont le vin ne fut pas trouvé moins bon que le raisin. Dans les basses-cours, le duc de Bedford faisait nourrir des paons, des coqs, des pigeons, des chapons de Flandre, des gélines, etc. Il fit faire, en 1432, dans le colombier des Tournelles, une volière éclairée de neuf miroirs enchâssés en bois. Il y avait aux Tournelles des chambres pour les tourterelles et pour les chiens de la reine, des maisons pour les lions, un jardin pour les sangliers.”

[source : Wikipedia]

Principe de décoration

C’est de cet univers créé par le Duc de Bedford que s’inspire la décoration de l’hôtel des Tournelles : architecture et plan rigoureux du château avec ses tours crénelées, ses chapelles, ses préaux et ses galeries, poésie du jardin, fleurs et fruits, arbres et vignes mélangés en un ordonnancement étudié et sophistiqué. Univers fantasmagorique et magique du labyrinthe Dedalus, dans lequel vivent en harmonie paons, colombes, chiens lions et sangliers…

Plusieurs grandes lignes pour les choix de la décoration de l’hôtel ont été dégagées de cette histoire et de l’époque dans laquelle elle s’inscrit :

La géométrie et l’organisation rigoureuses du château et de son plan de construction, du jardin potager et des carrés de plantes médicinales que l’on retrouve en fil conducteur tout le long de l’hôtel : têtes de lit, boiseries, tissus, tableaux décoratifs et moquette des chambres et des circulations.

La fraicheur et la richesse de la palette inspirée de la nature, les différentes facettes de l’univers du jardin ont servi de base de réflexion pour la première harmonie de chambres et du salon et de l’accueil du rez-de-chaussée : palette de roses, lie de vin et vert d’eau, tissu imprimé pour les rideaux illustrant l’idée d’un jardin imaginaire mélangé à d’autres tissus graphiques et géométriques reprenant l’idée du « Dedalus » ou de rayures rigoureuses

Un clin d’œil aux enluminures de l’époque, avec leurs scènes figurées, leurs compositions décoratives et leurs lettrines en lien avec notre jardin et sa fantaisie, utilisées pour la deuxième harmonie des chambres : une palette contrastée, tonique et dynamique de rouge et de bleu, dans laquelle le tissu des rideaux est décliné dans une autre couleur, mélangé de nouveaux à des tissus rayés et poétiques (imprimé cachemire évoquant un voyage lointain)

Et enfin une évocation du livre d’heures d’Anne de Bretagne (Les Grandes Heures d’Anne de Bretagne) avec ses enluminures de plantes, fleurs, arbres, papillons, libellules, sauterelles, coccinelles abeilles…qui complète notre thème et sert de base d’harmonie pour la salle des petits déjeuners : couleurs chaudes, chaleureuses, gustatives, boisées et épicées

Un univers de sensations entre douceur et fraicheur, élégance et légèreté, chaleureux et accueillant, « un jardin à l’intérieur », un voyage dans un univers riche d ‘émotions et dans lequel les inspirations mélangées sont en symbiose, un havre de paix propice au calme, à la sérénité, des matières douces, luxueuses, nobles et pérennes : chêne naturel pour le mobilier du rez-de-chaussée, bibliothèques de l’accueil et du salon, contrasté par un bois noirci pour le meuble du honesty bar. Une pierre naturelle beige au sol, celle de la voute de la salle des petits déjeuners conservée et restaurée, un enduit à la chaux à l’ancienne sur les murs lui aussi dans des tons de sable ainsi que les poutres des plafonds du salon et de l’accueil, conservées et peintes, viennent compléter et uniformiser l’ensemble. Un mobilier confortable et accueillant, mélange de style classique (certains meubles appartenant aux propriétaires sont conservés et restaurés) et de contemporain, une ambiance cosy et personnelle (les clients aiment les hôtels anglais, d’où la référence à la fantaisie de la création du Duc de Bedford au château des Tournelles, ainsi que les hôtels intimistes de la Rive Gauche de Paris). Des tissus aux motifs géométriques et fleuris, tissés, imprimés mélangés à des matières confortables unies, velours, lin et coton, un esprit couture sophistiqué associé à Paris « capitale de la mode »… Mélange de rigueur et d’onirisme, de poésie et de mystère, féminin masculin en harmonie

Un éclairage en demi teinte, aucune agressivité dans le concept « évoquer plutôt que montrer » aucune ostentation, une adresse et une expérience confidentielles, « comme à la maison », pour des clients fidèles…

Le concept de

la design agency

Au coeur du Marais, l’hôtel des Tournelles est une bâtisse chargée d’histoire. Ses propriétaires l’ont voulu et pensée comme une maison dans laquelle ils pourraient accueillir leurs amis. Conçu au 15ème sous l’impulsion du duc de Bedford, le lieu se devait de faire un clin d’oeil à ses origines anglaises ; feutré, cosy, chaleureux, la décoration s’inscrit dans l’histoire des Tournelles, et propose une relecture contemporaine de ses origines.

 

Les Tournelles

30 Rue de Turenne,
75003 Paris
www.lestournelles.com